Skip to content

Il passe de l’islam à une mission d’évangélisation

Après avoir grandi dans un milieu musulman, Ahmet (prénom d’emprunt) se pose des questions sur le sens de la vie. Il chemine vers la foi chrétienne et va jusqu’à accepter Jésus comme Christ et Seigneur. Aujourd’hui, il est équipier pour Opération Mobilisation et a fait de l’évangélisation sa mission la plus importante.

Une jeunesse campagnarde dans la partie européenne de la Turquie rythmée par les préceptes de l’islam caractérise la première partie de la vie d’Ahmet. Il aurait pu grandir et perpétuer les traditions musulmanes si son esprit n’avait été troublé et agité. Ses interrogations étaient accompagnées d’un désir de voir au-delà de sa communauté. Il exhume de ses souvenirs le jour où, à dix ans, il mangeait des graines de tournesol avec ses amis et discutait du sens de la vie.
Quand il sort de son groupe social pour rejoindre l’université, Ahmet découvre un monde différent de celui de son village. La ville est empreinte d’islam radical, les mosquées y surabondent. Alors que son père l’exhortait à quitter la ville, Ahmet estime que cette expérience lui a été profitable, car l’extrémisme l’a davantage éloigné de l’islam, lui, jeune musulman peu convaincu.

Le voyage vers la foi chrétienne

Publicité

Ahmet va entreprendre un autre voyage, censé l’amener au Ghana en passant par l’Afrique du Sud, faute de liaison directe entre la Turquie et sa destination finale. Il va cependant rester dix-huit ans dans la partie australe du continent africain, sans s’y être préparé.
Mais ses questionnements l’ont accompagné et sa rencontre avec des chrétiens va élargir son horizon: «Je n’avais jamais rencontré de chrétiens en personne quand j’habitais en Turquie. Je n’en avais vus que dans les films et je voulais savoir pourquoi il y avait des commentaires négatifs envers eux. Je suis né et j’ai été élevé dans la culture musulmane, c’est presque comme si vous étiez dans une boîte. Il n’y avait pas de meilleure façon de sortir de la boîte.»
Ainsi, Ahmet va demander aux chrétiens qu’il rencontre de l’emmener au culte et de lui donner une Bible qu’il va lire dans son intégralité sept années durant, avant de céder devant Dieu. Se retournant sur cette époque, Ahmet se remémore le changement de perception: «Quand j’ai commencé à connaître Jésus, j’ai réalisé qu’il était bien différent de ce que je connaissais. J’ai regardé Jésus comme mon Sauveur, j’ai vu la passion, le pardon, le bonheur, l’amour, la paix et la proximité de Dieu dans mon cœur. Je n’ai compris tout cela qu’une fois avoir appris à connaître Jésus-Christ.»

Retour au pays natal

Le jeune converti étudie la théologie pendant deux ans, sert dans son Eglise et distribue des exemplaires de la Bible à des prisonniers au Botswana. C’est alors qu’il rencontre Martin Delange, un missionnaire sud-africain, ancien policier, qui évangélisait en Turquie avant de servir Dieu auprès des turcophones en France. Ce dernier est venu témoigner de son travail dans l’Eglise d’Ahmet et le jeune converti le rejoint en Europe. Ahmet apprend le français et aborde les locuteurs de langue turque en France. Il leur offre des ouvrages chrétiens et il sert dans des camps pour les familles. Il s’étonne de voir autant de chrétiens turcophones réunis au même endroit; ces derniers sont surpris par son histoire. Après trois ans d’expériences accumulées dans l’évangélisation auprès de musulmans, Ahmet retrouve la Turquie. Il connaît le danger - des coéquipiers de Martin Delange y ont été assassinés en 2007 - mais il a toujours le désir de témoigner du Christ dans sa province natale où n’existe aucune Eglise. Avec d’autres équipiers d’Opération Mobilisation, il partage l’Evangile trois semaines durant dans son village d’origine. Les missionnaires débutent même une étude biblique chez sa mère et sa tante.

Evangélisation

Sa conversion a été acceptée par sa famille, souligne-t-il avec reconnaissance: «Dieu m’a donné la chance d’avoir des parents et des proches merveilleux. Ils n’ont jamais rien dit de mal, ils m’ont dit que c’était ma propre décision.» Il observe cependant un devoir de prudence et préfère la gentillesse à l’insistance: «Il faut toujours faire attention à la façon dont on s’ouvre à ses parents, être sage, choisir des mots qui ne jugent pas et éviter les disputes et les confrontations inutiles.» C’est durant ce séjour qu’il ressent un appel de Dieu à retourner en Turquie.
Depuis qu’il évangélise parmi les musulmans, Ahmet part de l’Ancien Testament, qui offre des points communs avec l’islam, avant de les relier au Christ. Il conseille la patience et l’absence de jugement à ceux qui font le même travail que lui. Et, toujours pédagogue, il profite de ses visites des sept Eglises de l’Apocalypse, toutes situées en Turquie, pour évangéliser. 

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Février 2022

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Ascension solidaire du Kilimandjaro

Cultes en réalité virtuelle, la prière en milieu hospitalier, les élections présidentielles hongroises, l'Evangélisme en Espagne, Les référents laïcité en France ... L'actualité en bref.

Publicité