Skip to content

Vivre sa foi différemment… et ce qu’il va en rester demain

© iStockphoto
Prenons-nous le temps de soigner notre vie intérieure plus qu’à l’accoutumée? La connexion à distance pallie-t-elle efficacement la fermeture des lieux de culte? Finalement, peut-on pressentir comment cette crise façonnera l’Eglise de demain? Regards croisés entre quatre témoins et le professeur à la HET-PRO Robin Reeve.
Sandrine Roulet

«L’épidémie a un impact positif sur ma vie spirituelle, car elle me fait remettre les bonnes valeurs en priorité et me pousse à m’approcher encore plus de Dieu», assure Nathalie, cinquante-cinq ans. Cette Suissesse constate aussi une différence dans ses prières: «Je prie davantage pour nos autorités, car elles ont des décisions importantes à prendre et sont critiquées.» Ayant plus de temps à disposition, elle lit la Bible et utilise diverses ressources pour nourrir sa foi.
Pour son mari Jean-Marc, plus que le confinement lui-même, ce sont les appels à la prière et les enseignements en ligne qui stimulent sa foi. Dans ce contexte inédit d’incertitude et d’isolement, il découvre d’une façon nouvelle certains textes bibliques, comme Luc 13,3-5, où Jésus répète: «Si vous ne changez pas d’attitude, vous périrez tous de même.» Commentaire de Jean-Marc: «Peu importe comment chacun doit mourir, un changement d’attitude est indispensable pour avoir la vie éternelle.» Dès lors, il prie pour le salut de plusieurs collègues.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Marc Bircher: 30 ans de ministère

Le 5 janvier 1872, l’hebdomadaire «Christianisme au 19e siècle» sortait de presse pour la première fois. Pour son 150e anniversaire, nous revenons sur un siècle et demi de presse protestante évangélique indépendante et sans concession.…

Publicité