Skip to content

«Même un appel à la prière devient controversé»

© Wikipedia: Photo de gauche: manifestation de solidarité à Israël à Berlin le 8 octobre. Photo de droite: manifestation de solidarité avec les Palestiniens à Melbourne le 15 octobre.
En réponse aux violences dans le Proche-Orient, les faîtières évangéliques prennent la parole. Tour d’horizon non-exhaustif.
Charlotte Moulin

«Dans la guerre entre Israël et le Hamas, même les appels à la prière sont des sujets à controverse. Les prières pour la paix sont considérées par certains comme un refus du droit d’Israël à l’autodéfense; les prières contre le terrorisme sont considérées comme un rejet des revendications des Palestiniens.»
C’est ainsi que l’Alliance évangélique mondiale (AEM) déplorait en novembre les polémiques rongeant par endroits l’unité des évangéliques, dans son article «Deux peuples, une Eglise». Toutefois, une parole commune et internationale d’unité commençait à émerger au même moment.

Dossier: Israël: l’impossible neutralité

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

En montant vers Pâques

On associe souvent la déchristianisation de l’Occident avec de nouveaux courants de pensée. Le «wokisme» ou la «cancel culture», dont la force est décuplée par les réseaux sociaux, font pression sur les moins progressistes d’entre…

Publicité