Skip to content

Dieu, le véritable maître du temps

Dieu est le maître du temps. Et nous? Emparons-nous du temps pour le rentabiliser et l'offrir à Dieu. Parti pris. Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré au temps.
Jean-Luc Gadreau

Certains ont comme devise: «Pourquoi remettre au lendemain ce qui pourrait être fait le surlendemain?». Quant à lui, Jésus avait un principe: «Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé. La nuit vient, où personne ne peut travailler.»
L’épître aux Ephésiens nous invite à racheter le temps. La transcription Parole Vivante développe cette idée: «Comportez-vous en gens avisés qui se rendent compte en quels temps critiques nous vivons et savent tirer le meilleur parti de la période présente. Devenez maîtres de votre temps, profitez de toutes les occasions favorables, malgré les difficultés de l’heure, oui précisément: parce que nous vivons en un temps où domine le mal». Cela met en évidence l’importance d’user sagement de toute occasion de faire le bien, de façon à ce que ce zèle soit la monnaie qui fasse du temps notre propriété. Apprendre à s’emparer du temps comme on le ferait pour un capital financier à rentabiliser au maximum et l’offrir à Dieu.
Voilà notre part. Dieu, lui, est le maître du temps. Il sait faire les choses dans le timing qui convient sans que personne n’ait besoin de lui dire la vitesse ou le moment adéquats. Il est toujours exact, précis et à l’heure. Il peut différer ses décisions par amour, par pédagogie ou pour d’autres raisons qui lui appartiennent. Nos urgences ne sont pas toujours vues comme telles par Dieu.
Par contre, il attend généralement une réaction immédiate de l’homme quand il lui demande quelque chose. Ses «aujourd’hui» sont là pour nous mettre en mouvement. De notre côté, le choix de différer une action peut révéler des sentiments multiples: peur, médisance, péché, recul, stagnation, fatigue, lassitude, indécision, ambivalence, cœur partagé… et beaucoup d’autres choses qui nous ramènent à notre humanité, qui se manifeste par le manque de goût pour les choses de Dieu, notre paresse à obéir. Alors, qu’attendons-nous pour remettre les montres de nos vies à l’heure de Dieu, le seul véritable maître du temps?

Jean-Luc Gadreau

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui février 2016

Dossier: Temps

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité