L'article

Les Protestants se sont dopés aux temps forts

Les Protestants se sont dopés aux temps forts
 
20.11.17 - De rassemblement en rassemblement, les Protestants semblent avoir vécu au gré des événements marquants de leur confession. Mais, alors que l’année du 500ème anniversaire de la Réforme touche à sa fin, que proposent les Eglises locales à long terme? Le point.
Les temps forts sont à la mode. De l’air! Du rythme! Du neuf! Ils contribuent à marquer une pause dans un quotidien chargé. Ils ressourcent, encouragent, restaurent. Car notre société de performance dopée au numérique soumet les individus au stress permanent.

Besoin d’air
Une expression populaire résume ce sentiment: «prise de tête». Comme si la psyché des individus était conquise, «prise» par les soucis du jour. Le docteur Serge Marquis a consacré à la question un essai ravageur: On est foutu, on pense trop! (éd. de La Martinière). Avec pour résultat dépression, faiblesse, neurasthénie.
Le «temps fort» passe alors pour un antidote.
Il fait sortir du bocal, aère, libère des soucis du quotidien. En cette année 2017 marquée par les 500 ans de la Réforme, les protestants francophones n’ont pas manqué de créativité pour proposer à leurs contemporains ces temps forts riches en ressourcement.

Rencontres marquantes
Dans l’Hexagone, le rendez-vous protestant évangélique «Bouge Ta France» du 14 juillet 2017 a ainsi rassemblé 8000 personnes (principalement des jeunes) au majestueux Stade Océane du Havre, autour du prédicateur et motivateur Nick Vujicic.
Le 29 octobre 2017, ce fut au tour du rendez-vous «Protestants en fête» de regrouper 9000 fidèles au Zénith de Strasbourg, dans le cadre d’un culte commémoratif exceptionnel, point d’orgue d’un week-end truffé d’animations stimulantes.

Temps forts
Organisés respectivement par le Conseil National des Evangéliques de France (CNEF) et par la Fédération Protestante de France (FPF), ces «temps forts» en ont relayé d’autres, comme les bien nommés «Protes’temps forts» mis en place depuis 2010 dans le Grand Est de la France par les Eglises protestantes d’Alsace-Lorraine (UEPAL).
Pour les protestants francophones d’Europe, ces occasions sont d’autant plus précieuses qu’elles répondent à la demande d’un christianisme minoritaire, ceci au cœur de sociétés très sécularisées où la pression ambiante n’invite pas forcément à cultiver la différence évangélique.

Pèlerinages protestants?
Dès lors, se retrouver pour un événement exceptionnel permet de booster la confiance, nourrir des références partagées. On se dit: «Après tout, notre foi compte!» L’une des premières, la sociologue Danièle Hervieu-Léger a pointé dans Le pèlerin et le converti, la religion en mouvement (éd. Flammarion) la montée du «temps fort», qui «offre la possibilité d’une participation modulée, dont l’individu fixe lui-même l’intensité.Elle reprend, en l’adaptant aux besoins d’expression de la religiosité pèlerine caractéristique de la modernité, l’alternance de la pérégrination (..
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Protestants en fête / Patrick Balas
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x