Skip to content

Vivre avec ses aînés pour leur redonner goût à la vie

© GettyImages
Afin de combattre la solitude tout en évitant d’empiéter sur la vie privée, le vivre-ensemble propose une alternative équilibrée.
David Nadaud

Son médecin ne lui donnait pas six mois à vivre, car Patrice Molinari se laissait aller. Xavier, son fils, raconte: «Mon père vivait la nuit, il dormait le jour, il était tout seul à Antibes. Alors je l’ai fait monter en Champagne pour m’occuper de lui.»

Quelques temps plus tôt, Xavier Molinari avait investi dans ce qui allait devenir une résidence pour personnes âgées autonome à Chézy-sur-Marne, dans l’Aisne.
«Mon père avait son appartement dans ma structure», reprend celui qui est aussi ancien responsable de Jeunesse en Mission. «Il a finalement vécu encore dix ans de plus. Il était tranquille, il écrivait un livre ou dessinait. Il n’avait plus à se soucier de payer son loyer ni à s’inquiéter de ses repas ou de son ménage. Nous le faisions pour lui, tout en étant présents pour lui, dans le respect de son autonomie.»

En effet, les besoins de Patrice Molinari rejoignaient ceux d’un grand nombre de personnes âgées. Depuis dix-sept ans, dans un petit village de 1300 habitants, Xavier Molinari loue six studios et cinq appartements au cœur du village, avec tous les commerces accessibles à pied, ainsi que la gare pour se rendre à Paris. Les services sont à disposition des bénéficiaires jusqu’à l’heure où les membres du personnel rentrent chez eux.

Publicité

Dossier: Quand l’espérance se mêle aux questions de fin de vie

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Abonnés à Christ

Les chrétiens sont de plus en plus nombreux à témoigner de leur foi sur les réseaux sociaux, ce nouveau terrain d’évangélisation. Exemples choisis.

Publicité