Skip to content

Le constant besoin de réinventer la formation biblique

© GettyImages
Comme beaucoup de domaines de formation, celui de la théologie fait face au constant besoin de «réinventer la roue». Parce que les vocations sont en crise, parce que les outils d’étude évoluent, parce que la nouvelle génération aborde ses études différemment…
Maude Burkhalter


Point de vue de Matthieu Gangloff, professeur à l’Institut biblique de Nogent (IBN): «Le temps de concentration a globalement baissé, l’intelligence artificielle redistribue les cartes de l’apprentissage et l’enseignement magistral ne passe plus très bien.» En outre, il note aussi des habitudes de lecture et un goût de l’effort persévérant réduits, qui se remarquent notamment dans l’apprentissage des langues bibliques.
Au niveau plus sociologique, il indique constater de clairs décalages entre la génération Z (née entre 1996 et 2010), étudiante, et les boomers (nés entre 1946 et 1964) qui sont encore professeurs à l’IBN. «Il y a clairement un enjeu pour répondre aux nouvelles attentes, mais quand il s’agit de donner du contenu théologique, ce n’est pas si évident, car le temps est limité.»

Publicité

Dossier: Des formations bibliques à géométrie variable

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Aux articles de la mort

Actuellement débattues entre parlementaires français, les questions de fin de vie font leur retour sur le devant de la scène. Où se situe la ligne entre acharnement thérapeutique et abandon de la vie? Quelle espérance…

Publicité