Skip to content

Toutes ces choses vous seront données par-dessus

© Istockphoto
Dossier
David Métreau

Effets combinés des conséquences de la crise du covid, de la guerre en Ukraine… et de la spéculation, certaines matières premières viennent à manquer. Après les semi-conducteurs, le bois et certains médicaments, c’est au tour de produits comme la moutarde ou l’huile de tournesol de disparaître des rayons des supermarchés partout en Europe, tandis que le prix des carburants est au plus haut, de même que les produits de première nécessité, notamment issus des céréales.
La tonne de blé connaît des prix records et l’inflation est galopante. Le risque de cette crise, une de plus, est de toucher en premier lieu les plus démunis. Elle peut aussi faire peur et encourager au repli sur soi. Pourtant c’est dans ces moments tendus que la solidarité est nécessaire et que, surtout, la foi en Dieu fait la différence.

Car si on prend un peu de recul, plus que les vendeurs, les distributeurs, les agriculteurs ou les semenciers, c’est bien Dieu qui offre chaque jour les aliments que nous avons sur la table. Si on prend le temps de contempler cela, on se rend compte que c’est lui qui est à l’origine de toutes bonnes choses et notamment du manger et du boire. Certes, cela ne défausse pas l’homme et en particulier le croyant de ses responsabilités, mais cette vérité incite à la confiance.
Jésus ne disait-il pas: «Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?» (Mat. 6, 25). Ne valons-nous pas mieux que les oiseaux du ciel et les fleurs des champs?

Cela n’empêche pas le croyant de regarder la réalité en face et de suivre le commandement de Jésus: «Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus» (Mat. 6, 33). Cette recherche n’est pas passive ou attentiste, elle est active. Cela passe par une écoute, active donc, des besoins et un souci à l’autre, à ses préoccupations et à la recherche de solutions pour améliorer les choses. Et cette crise alimentaire qui s’installe aussi dans nos pays est une opportunité pour les chrétiens de témoigner de leur foi et de leur amour non pas seulement en paroles mais surtout par des actes.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Juin 2022

Dossier: Pénurie alimentaire
Thèmes liés:

La souveraineté alimentaire nous concerne tous

L’enjeu de la souveraineté alimentaire prend de l’ampleur. Ingénieur agronome, Roger Zürcher (photo en médaillon) appelle à une plus grande main d’œuvre agricole et à une meilleure protection de la production indigène.

Publicité