Skip to content

Retour à la source divine, un petit pas après l’autre

© Istockphoto
Pour raviver sa foi, une reconstruction de la relation intime avec Dieu est nécessaire. Celle-ci passe par les choses simples mais sincères. Perspectives.
Charlotte Moulin

Quand on a l’impression qu’un agenda trop chargé a pris le pas sur sa vie de foi ou que la relation avec Dieu s’est étiolée, Claude Aimé, conseiller chrétien, donne plusieurs astuces pour remettre petit à petit le pied à l’étrier. Il conseille dans un premier temps d’investir les moments «d’entre deux», quand on est dans sa voiture, à vélo, dans le bus ou dans une salle d’attente par exemple. Avec son smartphone, et des écouteurs dans les lieux publics, on peut déjà se ressourcer en écoutant des chants de louange, profonds et significatifs.
Il peut s’agir aussi de courtes prédications. Claude Aimé conseille également d’écouter la Bible en version audio. Cela demande moins de temps que la lecture traditionnelle, et peut constituer un effet dynamique de nouveauté qui accroche l’esprit.

La communauté

Publicité

«La croissance spirituelle se joue aussi dans les relations», selon Gilles Geiser, pasteur, aumônier et humoriste vaudois. Ainsi, si on a perdu le goût d’aller à l’Eglise, le pasteur conseille de fréquenter un petit groupe chrétien (prière, étude biblique de maison, etc.) «pour avoir des interactions profondes avec les frères et sœurs en Christ et une approche de Dieu plus intime qu’en grande assemblée».
Mais au départ, tout (re)commence en parlant à Dieu simplement, c’est le premier pas. «Ceux que le Père me donne viendront à moi et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi», dit Jésus (Jn. 6, 37). Quand on n’en a plus le goût et l’impression de ne pas avoir le temps pour s’investir dans cette relation, «il faut le dire à Dieu. Il entend cette prière», appuie Gilles Geiser.
Ainsi, Claude Aimé recommande de «parler à Dieu tout le temps et de rester à l’écoute, car Dieu vous parlera d’une manière ou d’une autre, y compris par les situations».

Dépendance à Dieu

C’est Dieu lui-même, répondant aux prières, qui nous remet debout et en marche. Au sujet du Psaume 119, Gilles Geiser explique que la conjugaison des verbes des versets 33 à 40 démontre la dépendance à Dieu lors d’un nouvel engagement avec lui. Ainsi, on lit: «Enseigne-moi, Eternel», «Donne-moi l’intelligence», «Conduis-moi», «Incline mon cœur» ou encore «Détourne mes yeux». «C’est une démarche d’humilité envers son créateur qui traduit, en fait: “Si tu ne me remets pas debout, je n’y arriverai pas moi-même”», commente Gilles Geiser. «Et c’est l’histoire de la Bible: Dieu vient vers sa créature, vers son enfant.»
Par ailleurs, quand on se sent faible dans sa vie avec Dieu, on peut penser qu’il nous aime moins, qu’on ne mérite pas d’être dans une relation privilégiée avec lui et qu’il ne veut pas nous utiliser. «Mais il ne mettra pas ces choses en œuvre parce que l’on est performant ou doué», précise le pasteur. «Il le fera parce qu’il nous aime.» Il cite ici 2 Tim. 2, 1: «Puise tes forces dans la grâce qui est en Jésus-Christ». Ainsi, «se tourner à nouveau vers Dieu, ça passe aussi par se rendre compte de sa grâce». Peu importe le chemin parcouru avant d’en arriver là. 

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Janvier 2022

Dossier: Rebooster sa Foi

La souveraineté alimentaire nous concerne tous

L’enjeu de la souveraineté alimentaire prend de l’ampleur. Ingénieur agronome, Roger Zürcher (photo en médaillon) appelle à une plus grande main d’œuvre agricole et à une meilleure protection de la production indigène.

Publicité