Skip to content

Récidivistes: entre pardon et responsabilité

© Alliance Presse
Les récents meurtres de deux jeunes femmes par des récidivistes en réinsertion posent des questions de fond: faut-il encore laisser une chance à de telles personnes? Analyse

«C’est profondément injuste. Je me révolte d’une telle situation». Les mots d’Agnès Wahli, aumônier de l’Armée du Salut à la prison de Champ-Dollon (Genève), retranscrivent l’indignation de la population face aux deux meurtres commis en Suisse romande par des criminels auxquels on avait laissé une chance de se réinsérer. Les victimes: Marie, 19 ans, assassinée en mai, et Adeline, une socio-thérapeute tuée en septembre.
Face à de telles situations, l’opinion publique hurle au scandale: «Qu’on les enferme tous!». Une réaction exagérée, pour Agnès Wahli. Elle regrette que, face à la pression, «la réponse politique se résume à punir tout le monde de façon unilatérale», alors que chaque cas est unique et nécessite un suivi et une décision appropriés. D’un extrême à l’autre, difficile de se faire un avis. Un jour, on pense: «Qu’ils ne sortent plus!». Le suivant, on nous martèle les 7000 réinsertions réussies…

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente évangélique des Communautés et assemblées de Dieu de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité