Skip to content

L’évangélisme a-t-il encore besoin de têtes de proue?

© nstagram - Youtube - Facebook
Nombreuses sont les grandes personnalités de l’évangélisme qui nous ont quittés ces dernières années. Devons-nous attendre de nouvelles figures ou tourner nos regards ailleurs?
Celia Evenson

Pour Sébastien Fath, historien, on ne peut pas séparer le «phénomène de vedettes» dans le monde évangélique de la «domination des Etats-Unis, chef de file autoproclamé du “monde libre” et moteur de l’évangélisme mondial.» Ce sont eux qui fournissent les plus grandes vedettes planétaires. «A commencer par Billy Graham, apôtre de la flamme évangélique au cœur de la guerre froide», note-t-il. «En 1974, il est alors l’incontestable tête d’affiche de l’évangélisme, aux Etats-Unis comme dans le reste du monde.»

Publicité

Dossier: 50 ans du Mouvement de Lausanne: retour sur le protestantisme évangélique de 1974 à aujourd’hui

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité