Skip to content

«L’essentiel de notre vie est l’amour que l’on partage»

© GettyImages
Comment garder le sourire et faire sourire dans ce que les médias appellent parfois des «mouroirs»? Témoignage de Myriam, en première ligne.
Rébecca Ebersold

Myriam, cinquante-cinq ans, travaille en tant qu’infirmière dans un service de gériatrie depuis quinze ans. Dans ce service hospitalier, la moyenne d’âge des résidents est de 90 ans. Lorsque les personnes sont admises, «beaucoup sont confuses ou désorientées», selon elle. Elle explique que certains patients peuvent vivre des «moments de joie» avec l’aide du personnel, éventuellement de leur famille et des animateurs, mais déplore que «la santé mentale des personnes âgées reste très fragile».

Publicité

Dossier: Quand l’espérance se mêle aux questions de fin de vie

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Pour une approche nuancée de l’aide à mourir

Joël Ceccaldi, médecin retraité, référent des aumôniers de la Fédération protestante de France Pour la région Nouvelle Aquitaine, livre sa réflexion sur l’aide active à mourir. Parti Pris.

Publicité