Skip to content

Ils ont consacré leurs vacances aux autres

© Alliance Presse
Dans toute la Suisse romande, des chrétiens, jeunes ou moins jeunes, sont allés à la rencontre de la population pour partager leur foi et leur espérance. Petit tour d’horizon non exhaustif.
Jérémie Cavin

A la plage
«Après une première édition très positive, on prend de nouveau un risque: être abondamment bénis en partageant l’extraordinaire bonne nouvelle du Christ». Sur leur site internet, les organisateurs de Plage Station annonçaient la couleur avant la deuxième édition suisse de cet événement, lancé à la base par Jeunesse pour Christ (JPC) en France et organisé sur nos terres en partenariat avec la Jeunesse Action Biblique (JAB). Ils n’ont pas été déçus: les 25 participants ont vécu des temps inoubliables à Neuchâtel et Yverdon. Après deux-trois jours de formation, les jeunes de 18 à 30 ans ont passé cinq jours «sur le terrain».
Première activité: les questionnaires. Le principe: interpeller les gens qui flânent au bord du lac en leur posant des questions sur la foi en Suisse, raconte William Audéoud, coordinateur local du camp. «J’ai été surpris de l’ouverture des gens à la discussion et aux choses de la foi. Nous avons eu des dizaines de contacts vraiment très bons et avons pu distribuer beaucoup de littérature. Les jeunes sont revenus avec des témoignages encourageants». Deuxième axe de Plage Station, des clubs d’enfants, avec des histoires, des jeux, etc. Enfin, les participants du camp ont mis sur pied des spectacles de rue «pour faire réfléchir», explique le pasteur. «Là encore, nous avons eu de très bons contacts». Y compris avec les membres d’une association gay, qui jouaient au volley dans le coin et ont assisté au spectacle.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité