Skip to content

Haro sur le poulet

© Alliance Presse
Les fléaux ont une place de choix dans l’inconscient collectif. Voyage au coeur des nos peurs pour mieux les comprendre

Ce jour-là, 27 février, la manchette de la boîte à journaux titrait: «Le premier cas de grippe aviaire recensé à Genève». Pas loin, sur un banc, cette conversation surprise entre deux amies: «J’ai peur. Je ne sors plus au bord de l’eau. Je ne mange plus de poulet». Et d’ajouter: «D’ailleurs, je suis sûre que les médias nous cachent la vérité pour éviter la panique». Avant les poulets, la vache folle et tant d’autres fléaux ont généré leur lot d’angoisses et de psychose collective. Aujourd’hui, qui s’en soucie? Sous la pression médiatique, la grippe aviaire est devenue la pandémie à la mode. Comment donc en arrive-t-on là, aux frontières de l’hystérie collective, selon les termes des spécialistes de la santé et autres sociologues? La peur des fléaux est-elle le lot de l’humain, constitutive de sa personne? Que cache-t-elle de plus profond?

La suite à découvrir dans la version magazine ou téléchargeable du Christianisme Aujourd’hui.

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – Avril 2006

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité