Skip to content

En l’honneur des femmes audacieuses, d’hier et d’aujourd’hui

© Corinne Simon / FPF - De gauche à droite: Françoise Caron, Jema Taboyan, Emmanuelle Koré
Si le dîner annuel des protestants appelait à l’unité en réunissant différents acteurs ecclésiastiques, économiques et politiques, ce sont surtout les femmes qui ont été célébrées lors de cette soirée.
Maude Burkhalter

Pour sa troisième édition du Dîner des protestants, la Fédération protestante de France (FPF), conjointement avec le Cercle Charles Gide, a accueilli plus de 370 convives dans le Palais de la Femme à Paris, le 27 novembre. Un succès pour l’équipe organisatrice, qui a choisi pour thème «Ces protestantes qui osent» et a ainsi mis à l’honneur plusieurs personnalités féminines, passées et présentes. Toute la soirée était pensée dans cette optique, à commencer par le choix du lieu: un immeuble géré par l’Armée du salut et destiné, depuis 1926, à l’accueil des jeunes filles et des femmes seules. Le menu servi aux convives était lui aussi dans le thème, puisqu’il a été élaboré par le Cook Trotteur, une association locale dont l’objectif est de libérer le talent culinaire de femmes en situation d’isolement.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité