Skip to content

Élections à Madagascar :les Églises à l’honneur

Cinq années après le renversement du régime autoritaire, elles sont le parent spirituel d’une jeune démocratie
Joël Reymond

Madagascar est en pleine période électorale et les Églises sont sur le devant de la scène. Le président de l’Assemblée nationale Mahafaritsy Razakanirina n’a de cesse de soutenir le partenariat État-Églises dans le développement du pays. Marc Ravalomanana, candidat à sa propre succession, a lui-même favorisé l’essor de nombreux projets de développement d’inspiration chrétienne. Il a indiqué dans sa campagne que l’Église était «sa première équipe». Celui qui est également vice-président de l’Église réformée nationale a du reste embauché deux politiques américains (des ex de l’administration Carter) et il espère remporter cette élection «au quart de tour». Un certain nombre de cadres de l’État et dans les provinces sont aussi des cadres dans des structures d’Églises.
–CREDIT–
À côté de cela, les Églises évangéliques ont lancé quelques
candidats. «C’est nouveau», nous confirme Naïna
Rakotoarijao, responsable de l’école biblique de Tamatave. «Nous nous affichons maintenant comme le font les autres Églises ; nous sortons de l’ombre». La plupart des candidats à la présidence étaient présents lors du culte de la Fédération des Églises chrétiennes de Madagascar, preuve s’il le fallait que l’Église jouit aujourd’hui du statut privilégié de parent spirituel de la société malgache.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Une Europe tentée par le nationalisme

Le résultat des élections européennes montrent une tendance vers la droite. Regards croisés avec Patrick Chastenet, professeur émérite en sciences politiques, Franck Meyer, président du CPDH et David Vogel, politicien et professeur d’histoire.

Publicité