L'article

Prendre les devants sur la fin de vie

Prendre les devants sur la fin de vie
 
01.04.15 - Selon la loi, on peut recourir à des directives anticipées médicales sur la fin de vie, pour se prononcer à l’avance sur le traitement que l’on souhaite recevoir en cas de coup dur. Bon outil? Analyse.
La fin de la vie ne concerne pas que les personnes âgées. Elise, la quarantaine, est atteinte d’une SLA, maladie pour laquelle il n’existe pas de traitement. Sauf intervention divine, la maladie la privera de l’utilisation de tous ses muscles, dont ceux de la parole et de la respiration. Consciente qu’un jour elle ne pourra plus exprimer ses volontés, elle a préparé avec son médecin des directives anticipées médicales sur la prise en charge de sa fin de vie.
Ces dernières permettent à toute personne majeure d’exprimer son point de vue sur le maintien en vie artificiel et l’acharnement thérapeutique. A ne pas confondre avec les «testaments biologiques» proposés par les associations d’aide au suicide (lire encadré). Ces directives contribuent à concrétiser le droit du malade face au corps médical.

Une offre encore peu utilisée
Dans la pratique, peu de personnes recourent à ces directives: seuls 2,5 % des Français en ont rédigé (lire encadré). Il n’existe pas de statistiques pour la Suisse, mais Michel Petermann, directeur de la maison de soins palliatifs de Rive-Neuve à Blonay (Suisse), estime le taux très faible, malgré la promotion faite par l’Etat et les hôpitaux. La raison? Rédiger des directives anticipées, c’est penser à sa mort, à la dégradation de son corps, analyse Luc Olekhnovitch, président de la Commission d’éthique protestante évangélique. Certains députés comme Xavier Breton s’interrogent: «Il est extrêmement difficile de rédiger ses directives alors qu’on est en bonne santé. Peut-on vraiment se mettre à la place du malade que l’on sera? Que savons-nous de ce que nous penserons, ressentirons?
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Zoom sur les législations

En France, la Loi Leonetti de 2005 a donné la possibilité à chaque citoyen majeur de rédiger ses directives anticipées dans un document daté et signé. Les médecins devaient en tenir compte, mais elles n’avaient pas de valeur contraignante. Le 11 mars, l’Assemblée nationale a donné son aval pour qu’elles deviennent contraignantes. Si le projet de loi est voté, leur validité sera sans limite.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x