L'article

Le nucléaire, un mal nécessaire

Le nucléaire, un mal nécessaire
 
20.12.11 - Les chrétiens ont-ils leur mot à dire sur le nucléaire? Existe-t-il des principes éthiques ou bibliques qui devraient gouverner leur manière de considérer cette question? Débat.
Alors que, depuis Fukushima, les débats sur l’usage du nucléaire font rage dans le monde entier, les chrétiens ne sont pas épargnés par la diversité des points de vue sur la question énergétique.
Les Etats doivent-ils emboîter le pas à la Suisse, l’Allemagne et la Belgique, qui ont décidé une sortie progressive du nucléaire? Ou alors faut-il creuser la filière du thorium qui, pour certains, se veut riche en promesses et bien moins néfaste que celle de l’uranium? Comment prendre des mesures sages quand on estime par exemple que la France devrait débourser environ 750 milliards d’euros et mettre un million d’emplois en péril pour sortir du nucléaire?

Dieu nous laisse une certaine liberté
«Il n’est pas possible de dériver de la Bible un enseignement irréfutable s’agissant d’une question aussi fondamentale que l’usage du nucléaire pour produire de l’électricité. Dieu n’a pas fait de nous des robots serviles», lance d’emblée Jean-Pierre Graber, auteur d’un article sur la question dans la revue alémanique Das Signal.
Il est toutefois possible d’identifier certains principes éthiques dans le message chrétien, même si des sensibilités différentes conduisent à des conclusions tout aussi différentes.

«Le nucléaire a été créé par Dieu»
Le premier débat de fond touche d’abord à la place du nucléaire dans la création. «Le matériau radioactif fait partie de la création, ce n’est pas le diable qui l’a amené. En Afrique, on a même trouvé une sorte de réacteur naturel», se passionne le physicien nucléaire Serge Tarassenko.

A ses yeux, le mandat donné par Dieu à l’homme d’assujettir la terre implique une utilisation optimale des ressources naturelles: «La sagesse consiste à voir comment vivre avec moins d’énergie». Et pour lui, le nucléaire reste la meilleure solution actuellement: «Les éoliennes, par exemple, ne suffisent pas. Et les énergies fossiles déséquilibrent l’atmosphère et conduisent à un réchauffement de la planète.»

A l’encontre des lois naturelles?
Mais pour l’historien et apologète Jean-Marc Berthoud, auteur de Création, Bible et Science (L’Age d’Homme), le nucléaire n’est pas neutre: «L’énergie nucléaire utilise l’instabilité des éléments que sont l’uranium et le plutonium. Surtout, elle fonctionne selon un principe consistant à faire exploser l’atome. On a le même problème avec le génie génétique: on détruit les structures créées pour en recomposer de nouvelles, comme si on voulait se substituer à Dieu.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Le problème de la sécurité

Parmi les enjeux éthiques, celui de la sécurité du nucléaire revient fréquemment: le nucléaire est-il dangereux? Pour Serge Tarassenko, qui a travaillé dans une équipe de sûreté nucléaire, «Fukushima ne prouve pas que le nucléaire est mauvais, mais que les réacteurs vendus par les Américains n’avaient pas tenu suffisamment compte des conditions géologiques locales». Jean-Pierre Graber pose aussi cette question: «De deux choses l’une: ou bien nos centrales sont dangereuses et il faut immédiatement les mettre hors service, ou on estime acceptable leur exploitation future, auquel cas une date butoir est inutile.» Pour Steve Tanner, au contraire, les événements de Fukushima ont amené la population et les Etats à une prise de conscience sur la dangerosité de cette technologie et rendu bien plus palpable une future sortie du nucléaire: «Le risque, cependant, c’est que le soufflé retombe après ces bonnes intentions et que le nucléaire revienne par la petite porte avec une nouvelle aura sécuritaire inventée de toutes pièces, car les dangers inhérents à la fission restent les mêmes avec le thorium ou les réacteurs de nouvelle génération.»
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x