Skip to content

Réseau évangélique: «Un petit miracle»

© Alliance Presse
Le 21 mai, le Réseau évangélique fête ses dix ans d'existence. Les observateurs estiment que son influence a été majeure.
Christian Willi

«Le Réseau évangélique est une source d’inspiration pour les évangéliques»: Le pasteur Jean-Claude Chabloz est reconnaissant pour le chemin parcouru dans le domaine de l’unité parmi les évangéliques en Suisse romande.
Le 21 mai, le Réseau évangélique suisse (RES) fêtera dix ans d’existence paisible, avec une assemblée générale à Tavannes. Un petit miracle lorsqu’on se souvient des relations tendues qui prévalaient régulièrement au sein de la Fédération des Eglises et œuvres évangéliques (la FREOE). Mais depuis sa fusion avec l’Alliance évangélique suisse en 2006, l’unité est plus qu’un vœu pieux.
Le pasteur neuchâtelois et sociologue Olivier Favre attribue ce climat constructif à l’équipe qui incarne le RES. Le duo Christian Kuhn et Michael Mutzner, respectivement secrétaire général et adjoint (photo), «a cultivé le souci des bonnes relations. Il a réussi à valoriser les avis divergents de façon respectueuse». Le RES a mis en place des rencontres régulières entre responsables d’unions d’Eglises, d’œuvres ou encore en développant les groupes de travail thématiques. «Il s’agit d’un grand pas en avant dans l’unité.»

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente évangélique des Communautés et assemblées de Dieu de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité