Skip to content

Nigeria: «L’Eglise tient dans la persécution»

© Alliance Presse
Souleiman* est responsable d’un réseau d’aide aux chrétiens persécutés au Nigeria. Malgré les atrocités de Boko Haram, il témoigne de la fidélité de l’Eglise du Nigeria, de son espoir d’une amélioration et du potentiel énorme des Eglises du Sud. Entretien.
Jérémie Cavin

Votre travail consiste à soutenir les chrétiens victimes de persécution au Nigeria. Comment les aidez-vous?
Nous avons plusieurs programmes en fonction des besoins, notamment un soutien aux veuves et aux orphelins. Nous leur apportons une assistance matérielle, les aidons à démarrer des entreprises par le biais des micro-crédits, faisons en sorte que les enfants puissent continuer d’aller à l’école, etc. Le défi est aussi qu’ils puissent vaincre leurs traumatismes afin d’appréhender l’avenir avec l’aide de Dieu et ainsi avoir une influence sur leur entourage. Notre soutien va aussi aux pasteurs. Ils ont une mission capitale: encourager l’Eglise et aider les victimes de la persécution à se relever. Car perdre des biens matériels est une chose, mais perdre l’espoir en est une autre. Nous formons aussi les pasteurs à aller vers les musulmans. L’annonce de l’Evangile doit rester la priorité de l’Eglise, même dans un contexte de persécution.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Une Europe tentée par le nationalisme

Le résultat des élections européennes montrent une tendance vers la droite. Regards croisés avec Patrick Chastenet, professeur émérite en sciences politiques, Franck Meyer, président du CPDH et David Vogel, politicien et professeur d’histoire.

Publicité