Skip to content

«Mary’s Boy Child» de Boney M

Ces hits entrés dans l'histoire
Jonathan Hanley

Cette chanson fut popularisée par la star d’origine jamaïcaine Harry Belafonte, mais c’est la reprise par Boney M. que l’on entend dans nos supermarchés et sur les ondes des radios pendant la saison de Noël. Avec plus de 100 millions de disques vendus, ce groupe phare de l’ère disco des années 70 transforma la version «crooner» de Belafonte en un tube planétaire. Peu de chansons se sont ainsi imposées à la fois sur les dance-floors des boîtes de nuit de l’époque et dans les concerts de Noël des Eglises, ainsi que dans les playlists des commerces pendant les Fêtes.

Composée à l’origine par Jester Hairston, un spécialiste américain des spirituals et de la musique gospel, la reprise de «Mary’s Boy Child» par Boney M accentue l’ambiance calypso du rythme avec le son typique des tambours en acier ou «casseroles». Comme beaucoup d’autres artistes d’influences africaines et antillaises, Boney M n’hésite pas à puiser dans le répertoire biblique des spirituals sans pour autant revendiquer une foi personnelle. Ce faisant, le groupe raconte simplement l’histoire de Noël, c’est-à-dire la naissance de Jésus-Christ dans une crèche à Bethléem.

Publicité

Comme beaucoup de spirituals, le texte de la chanson plonge ses racines dans la tradition du conte oral mis en musique, au bénéfice de personnes qui ne savaient pas encore lire la Bible pour elles-mêmes. Cette narration de la nativité revendique son origine dans les Ecritures dès la première strophe: «Il y a longtemps à Bethléem, ainsi dit la Sainte Bible…» Les principaux éléments de l’histoire sont tous mentionnés: le chant des anges et l’annonce faite au berger, l’étoile qui guide les visiteurs, le manque de place dans les hôtelleries de Bethléem et la mangeoire sombre et froide «dans une étable abandonnée» où finit par naître «le petit garçon de Marie».

A la différence des musiciens de Boney M, l’auteur du texte, Jester Hairston, témoignait d’une foi chrétienne engagée. Compositeur du célèbre spiritual «Amen», il fut aussi l’arrangeur de centaines d’œuvres traditionnelles pour les chorales d’Eglises et le cinéma. Dans «Mary’s Boy Child», il décrypte le récit de la Nativité pour les auditeurs: «Que le monde entier l’entende: chacun peut espérer la paix.» Le refrain annonce encore plus clairement le salut rendu possible par l’incarnation de Jésus: «Un nouveau roi vient de naître, et l’homme vivra éternellement, grâce au jour de Noël.»

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Décembre 2021

Thèmes liés:

Faith checking

En toute bienveillance, avec un brin d’ironie, cette rubrique reprend des informations fausses, incomplètes ou erronées sur la foi chrétienne.

Publicité