Skip to content

Le pape François contesté au Vatican pour son relativisme

© Youtube
Évangéliques et catholiques se sont souvent regardés en chiens de faïence. Précurseur de l’ouverture, le pape tente des rapprochements. au détriment de la foi elle-même?

Aujourd’hui mascotte des nouvelles images générées par l’intelligence artificielle, le pape François n’a pourtant pas la cote partout. Son élection en mars 2013 avait suscité de la sympathie dans les milieux protestants, même évangéliques, qui l’ont vu comme un réformateur. Dix ans après, la bienveillance demeure alors que le Vatican est habité de conflits plus ou moins larvés, et que des prélats critiquent le pape, notamment en matière d’évangélisation et de christologie. Les actuels conflits au Vatican, accentués après le décès de Benoît XVI, sont généralement présentés par les médias avec, d’un côté, un pape victime et de l’autre des cardinaux ultra-conservateurs. Populaire, le pape l’est généralement dans les médias, plus que son prédécesseur, mais aussi auprès de nombreux évangéliques peu au fait de l’actualité vaticane.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité