Skip to content

Le Kosovo reconnaît les évangéliques

Les Églises évangéliques et pentecôtistes accèdent au statut d’Églises reconnues par le Kosovo. Cette ancienne province yougoslave en route vers l’indépendance a adopté une nouvelle loi religieuse. Les évangéliques sont désormais sur pied d’égalité avec les Églises chrétiennes historiques et l’islam. «C’est une percée historique et un pas significatif…
TOMAS DIXON

Les Églises évangéliques et pentecôtistes accèdent au statut d’Églises reconnues par le Kosovo. Cette ancienne province yougoslave en route vers l’indépendance a adopté une nouvelle loi religieuse. Les évangéliques sont désormais sur pied d’égalité avec les Églises chrétiennes historiques et l’islam.
«C’est une percée historique et un pas significatif vers la liberté religieuse», commente Artur Krasniqi, pasteur de la plus grande Église pentecôtiste de Pristina . «Mais de là à ce que la loi soit respectée sur le plan national et local, il y a encore du chemin.»
–CREDIT–
La plupart des Kosovars sont de souche albanaise et musulmans. Lors du débat parlementaire, la liberté religieuse a été évoquée en des termes assez généraux. Aucune religion n’a été citée nommément. Ce sont les Nations Unies, garantes de l’équilibre politique au Kosovo, qui ont dressé une liste de cinq religions bénéficiaires de ce statut : l’Église orthodoxe serbe, l’Église catholique, les communautés juives et le réseau d’Églises évangéliques et pentecôtistes.
Le Kosovo compte deux mille chrétiens évangéliques (0,1 % de la population). Sans l’aide de l’ONU, cette minorité n’aurait eu aucune chance d’accéder à cette reconnaissance officielle.
La faiblesse de la situation actuelle réside dans la mise en pratique de la loi. Dans les pays voisins comme la Turquie, la liberté religieuse constitutionnelle n’a pas empêché l’administration et les tribunaux de discriminer les chrétiens. De plus, les jours de la présence onusienne au Kosovo sont comptés et les musulmans radicaux ont déjà sécurisé les postes clés de l’administration.
Le pasteur Artur Krasniqi évoque les bonnes relations développées avec la Ligue musulmane, une force modérée
: «Mais de nombreux parlementaires et journalistes
sont des musulmans fondamentalistes.»

Le Kosovo est une plate-forme de choix pour l’islamisation de l’Europe. Les radicaux l’ont bien compris. «Leurs ressources proviennent de nombreux pays musulmans et leurs responsables sont engagés sous couvert d’organisations
humanitaires»
, explique le pasteur pentecôtiste. Il ajoute que «leur stratégie n’est pas spirituelle mais clairement politique».
Si la reconnaissance formelle est acquise, les Églises doivent néanmoins franchir l’obstacle de l’enregistrement individuel. Et là, la foi exige une assistance de cinq cents membres. La plus gande communauté, celle du pasteur Krasniqi, n’en compte que deux cents. Les efforts de lobbying doivent être poursuivis.

TOMAS DIXON

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – Décembre 2006

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité