Skip to content

Lausanne 1974: retour aux sources de notre héritage

© Youtube
Entre Révolution numérique et évolution des mœurs, l’identité évangélique est difficile à définir avec précision. Qui donc sont les évangéliques d’aujourd’hui?
Maude Burkhalter

Juillet 1974. Plus de 2400 chrétiens de 150 pays se rassemblent en Suisse, à Lausanne (photo). Le magazine Time qualifie l’événement de la probable «plus vaste réunion de chrétiens jamais tenue».

Le Mouvement de Lausanne est né à l’initiative de l’Etasunien Billy Graham et du théologien anglais John Stott – qui a dirigé la rédaction de la Déclaration de Lausanne –, avec pour objectif de «reformuler la mission chrétienne dans un monde de bouleversements politiques, économiques, intellectuels et religieux. L’Eglise doit comprendre les idées et valeurs qui sous-tendent ces changements sociétaux.» Depuis, le Mouvement perdure et après Manille en 1989, Le Cap en 2010, c’est au tour de Séoul d’accueillir «Lausanne IV» en octobre, coïncidant avec le cinquantenaire du Mouvement.

«Lausanne 1974 a été, je crois, le plus grand rassemblement de responsables évangéliques du monde entier et en particulier de ce qu’on appelait le “tiers-monde”.» Le théologien français Henri Blocher, alors âgé de trente-sept ans, se souvient de l’effervescence de l’événement. «Il a réuni, ce qui était rare, évangéliques “classiques”, et pentecôtistes-charismatiques.» Comment l’évangélisme a-t-il évolué ces cinquante dernières années?

Dossier: 50 ans du Mouvement de Lausanne: retour sur le protestantisme évangélique de 1974 à aujourd’hui

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité