Skip to content

La Nouvelle est bonne, annonçons-la!

© Istockphoto
Longtemps laissée à des missionnaires dont c’était la spécialité, l’annonce de l’Evangile aux musulmans concerne chacun des chrétiens. La mondialisation et les vagues migratoires ont changé la donne et il n’y a pas une grande ville en Europe sans communauté musulmane. Plus besoin d’aller au bout de la terre pour annoncer la Bonne Nouvelle. Ailleurs dans le monde on observe souvent une corrélation entre islam dominant et chrétiens persécutés. C’est le cas en Iran, où le vent de révolte des femmes entre-ouvre la porte à l’émancipation, ou au Qatar qui, le temps d’un mois de compétition, accueille le monde. Partout subsiste ce besoin de liberté, comme un soupir au doux nom d’Isa Al-Masih (Jésus le Messie en arabe).
David Métreau

Enjeux

L’ évangélisme et l’islam ont plusieurs points communs que se plaisent à mettre en avant les médias traditionnels. Comme l’islam, l’évangélisme n’est pas une religion pyramidale et centralisée: il n’y a pas de pape de l’islam comme il n’y a pas de pape évangélique. Il y aussi chez les évangéliques comme les musulmans une certaine tradition iconoclaste et prise de distance (même si ça évolue chez nombre d’évangéliques) envers tout représentation imagées ou physiques de Dieu ou des réalités spirituelles.

Les deux sensibilités religieuses sont aussi celles qui sont le plus en expansion croissance en Europe et ont un dynamisme qui ferait envier les confessions dominantes ou d’Etat que sont le catholicisme, le protestantisme luthérien et réformé, l’anglicanisme et l’orthodoxie. Surtout évangélisme et islam sont perçus comme des religions de prosélytes «à la conquête du monde» pour reprendre certains poncifs. On peut le voir sur les réseaux sociaux avec une ferveur digne de supporters de football. C’est parfois l’Olympique Musulman contre le Real Protestant Evangélique. C’est du moins la réalité qui est perçue de l’extérieur, et par certains égards, elle est en partie vraie et regrettable. Et en matière d’évangélisation, le musulman ne devrait pas être vu comme un adversaire à neutraliser en lui enlevant sa puissance en le convertissant, mais comme un frère en humanité qui a besoin de grâce et de pardon pour devenir un frère en Christ. C’est donc bien l’amour de Dieu et de son prochain qui doit être la motivation profonde pour lui annoncer l’Evangile, plutôt que la peur d’une éventuelle future domination.

Pour le dire autrement: si les chrétiens doivent annoncer la Bonne Nouvelle aux musulmans (et à l’ensemble de l’humanité), ce n’est pas pour tenter de contrer une réalité démographique et faire l’équilibre. Non, si les chrétiens doivent annoncer la Bonne Nouvelle c’est parce que la nouvelle est bonne! Elle se vit, elle libère et c’est ce dont mon voisin, ma voisine, mon collègue, mon ami musulman a besoin. Esclave du péché, de la loi et de ses traditions, il a besoin de vivre la réconciliation avec son Créateur. Non pas un dieu vengeur et lointain (voir interview en pages 30 et 31), mais un Dieu tellement proche qu’il s’est incarné. Alors le changement dans le cœur viendra! Et si dans les pays musulmans ou même dans certains de nos quartiers majoritairement islamisés ce changement de cœur, additionné à beaucoup d’autres, se transforme en changement de société plus libre, paisible et heureuse, alors gloire à Dieu, ce n’est que du bonus!

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Novembre 2022

Dossier: Annoncer l’Evangile aux musulmans
Thèmes liés:

Des anges qu’on ne peut débrancher

Si les fêtes de Noël des années 2020 et 2021 ont été marquées par les restrictions sanitaires, Noël 2022 représente le retour à la normalité, bien que relative. Les familles se réunissent à nouveau, les…

Publicité