Skip to content

Ils changent leur style de vie pour s’adapter à la crise

© Istockphoto
Retour à la solidarité, réaménagement d’une cave... les réponses à la crise sont variées. Elles sont surtout collectives.
David Nadaud

«Je constate qu’en Suisse, des silos de blé auparavant pleins sont dans beaucoup (trop) de cas vides.» C’est en ces termes qu’interpelle Kurt Buelhmann, président de la coopérative chrétienne Alliance-CH. «Depuis des décennies, il est proclamé que nous n’avons plus besoin de faire des réserves de nourriture, car il n’y aura plus de guerre. La guerre en Ukraine a complètement bouleversé cette illusion. Dieu nous a clairement avertis en 1 Thess. 5, 2-3: “Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront: paix et sûreté! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point.” Cette fausse sécurité nous a trop longtemps retenus de la vérité biblique. Le moment est donc venu d’agir!»

Dossier: Pénurie alimentaire
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

La souveraineté alimentaire nous concerne tous

L’enjeu de la souveraineté alimentaire prend de l’ampleur. Ingénieur agronome, Roger Zürcher (photo en médaillon) appelle à une plus grande main d’œuvre agricole et à une meilleure protection de la production indigène.

Publicité