Skip to content

Faith checking

En toute bienveillance, avec un brin d’ironie, cette rubrique reprend des informations fausses, incomplètes ou erronées sur la foi chrétienne.
Charlotte Moulin

Afin d’éviter le recours excessif aux anglicismes dans la langue de Molière, la Commission d’enrichissement de la langue française a publié, le 14 février au Journal officiel, une liste de dix nouveaux termes pour les remplacer. Ils font essentiellement référence aux domaines de l’information, de la communication et des arts. Par exemple, nous ne devrions plus regarder une émission de télévision en replay mais en «rattrapage».

Et pour continuer à être de bons élèves, nous ne devrions plus parler de woke culture mais, au choix, soit de «culture de la déconstruction», soit de «culture de l’éveil». De quoi continuer à faire couler des encres ennemies, tant sous la plume de ceux qui s’approprieront la première expression avec son sens ravageur que sous celle de ceux qui embrasseront la seconde, avec sa connotation de lucidité quasi spirituelle.

Les notions «déconstruction» et «éveil» s’opposent toutefois moins en regard de notre chemin avec Dieu. Nous apprenons à déconstruire des façons de penser erronées avec l’aide du Saint-Esprit, tandis qu’il nous fait progressivement prendre conscience des vérités bibliques. Ici, les deux termes trouvent une unité en s’articulant sur un seul et même axe: Jésus est le chemin, la vérité et la vie. Nous parlons bien la même langue.

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Avril 2024

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Aide-nous à aider les plus pauvres

Cette prière marque la dernière contribution d’Isabelle Leseigneur, rédactrice régulière depuis plus de dix ans de Christianisme Aujourd’hui. Elle met fin à ses «soupirs» pour se concentrer sur d’autres projets. Nous la remercions chaleureusement pour…

Publicité