Skip to content

Elle prêche à 100 000 personnes au quotidien

© DR
Pour évangéliser, il fallait autrefois prendre un billet d’avion. Puis il fallait simplement traverser la rue. Entretien avec Noémie Suzanne, pionnière de l’évangélisation «de poche».
Rébecca Ebersold

Vous la connaissez peut-être d’Instagram sous le nom de @soeur_co, ou en tant qu’animatrice de la chaîne YouTube Savoir Chrétien, mais il se peut aussi que vous ayez lu son livre 30 jours de marche avec Dieu (éd. Première Partie). Noémie Suzanne, vingt-cinq ans, est une star des réseaux sociaux. «Passée d’athée militante à chrétienne passionnée», elle partage sa foi en ligne depuis 2016. Avec plus de 98 000 abonnés sur son compte Instagram personnel et plus de 100 000 abonnés sur ses comptes Instagram et YouTube Savoir Chrétien, la jeune femme se décrit comme une évangéliste qui «utilise les moyens d’aujourd’hui pour atteindre de nouvelles personnes».

Publicité

Un ministère fondé sur des bases solides

Après sa conversion en 2015, Noémie Suzanne avait beaucoup de questions. Elle a rencontré son pasteur qui est devenu son «père dans la foi»: «Il a pris cinq ans pour me former. On a évoqué tous les sujets, que ce soit des sujets bibliques ou des sujets de la vie: comment se comporter, comment être à l’image de Christ…», a-t-elle confié à notre rédaction. Elle ne dévoile son visage sur les réseaux sociaux qu’en 2019, estimant qu’elle n’était auparavant «pas assez sage, pas assez établie dans la foi» pour se montrer.

Quand elle parle de son ministère sur Instagram, elle met l’accent sur l’objectif recherché. L’évangéliste déclare qu’au travers de l’écran, elle ne souhaite pas se mettre en avant, mais souhaite que ses contenus «transpirent Christ, qu’on ait envie d’aller vers Dieu». La jeune femme poursuit en mettant en garde sur les mauvaises intentions de se lancer sur les réseaux sociaux, «parce que si le but est de se montrer soi, de montrer sa vie, alors dans ce cas là c’est un objectif qui mène à la perte».

La comparaison et la jalousie sont des pièges terribles selon elle. Ils n’ont pas lieu d’être, «surtout dans le corps de Christ». Elle alerte également sur le mensonge de «fonder sa valeur sur son nombre d’abonnés». Si Noémie Suzanne se réjouit des nombreuses personnes lui affirmant avoir découvert ses vidéos puis s’être converties, elle estime qu’il y a des limites à se poser avec les réseaux sociaux.

Appel à éteindre son téléphone

«Les réseaux sociaux ne sont qu’un moyen par lequel Dieu veut nous parler pour aller dans son intimité. Quand on visionne une vidéo qui parle du péché, par exemple, du fait qu’il faut demander pardon et se confesser les uns aux autres, c’est juste un appel de Dieu qui dit: éteins ton téléphone, va lire ce verset, va confesser ces péchés, va dans l’intimité avec Dieu», juge-t-elle. Elle poste souvent des stories (courtes vidéos en ligne pour vingt-quatre heures) avec ce message: «Ferme ton téléphone et va lire ta Bible.» Selon elle, les réseaux sociaux «ne doivent jamais remplacer le temps avec Dieu et le ministère physique».

Noémie Suzanne, l’évangéliste d’Instagram, continue à prier pour «son plus grand défi»: la conversion de ses parents et de son frère. En parallèle, elle poursuit son œuvre d’évangélisation en préparant «trois gros projets qui sortiront en 2024».

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Janvier 2024

Aide-nous à aider les plus pauvres

Cette prière marque la dernière contribution d’Isabelle Leseigneur, rédactrice régulière depuis plus de dix ans de Christianisme Aujourd’hui. Elle met fin à ses «soupirs» pour se concentrer sur d’autres projets. Nous la remercions chaleureusement pour…

Publicité