Skip to content

Eglises transformées par les réfugiés

© Alliance Presse
Au Liban comme en France, des Eglises évangéliques ont été transformées par leur engagement auprès des réfugiés. Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré aux cinq ans de la crise syrienne.
Christian Willi

Chaque dimanche, l’Eglise baptiste Hadath, à Beyrouth, recrute des bénévoles à la fin des cultes. Manal El Taya, une jeune Libanaise de vingt-cinq ans, engagée dans la traduction lors des cultes, interpelle les croyants libanais. L’Eglise recherche cent bénévoles supplémentaires aussi bien pour la sonorisation ou les rangements, que pour les contacts avec les réfugiés syriens, les groupes de maison, etc.
«La liste est longue, tant l’affluence à nos cultes a explosé. Avec l’arrivée des Irakiens, puis des Syriens, le culte fréquenté il y a encore quelques années par 150 fidèles, a passé à quatre cultes par week-end, dont un pour les Irakiens et un pour les Syriens, accueillant entre 700 et 900 personnes au total». L’Eglise compte désormais trois lieux de cultes dans trois parties de la capitale, dont le quartier populaire de Nabaa. Des haut-parleurs ont été installés à l’extérieur pour ceux qui n’ont pas trouvé de place à l’intérieur.

Dossier: Syrie

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des anges qu’on ne peut débrancher

Si les fêtes de Noël des années 2020 et 2021 ont été marquées par les restrictions sanitaires, Noël 2022 représente le retour à la normalité, bien que relative. Les familles se réunissent à nouveau, les…

Publicité