Skip to content

Dieu et le fric (Chronique d’Hugues Not)

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et/ou la société.
Hugues Not

Depuis des années, les chrétiens tentent de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils effacent la dette des pays pauvres et luttent contre la précarité. Mais les puissants de ce monde mobilisent leur énergie pour effacer d’autres dettes: les leurs. Le G20 et l’Europe se donnent les moyens de sauver leurs monnaies, tandis que le porte-monnaie moyen se dissout lamentablement. L’endettement des pays industrialisés est astronomique; il dépasse l’entendement de celui qui, pour quelques dizaines d’euros de découvert, se retrouve interdit bancaire.
La fracture sociale est de plus en plus indécente. Alors que les peuples se sentent étranglés, le nombre de milliardaires augmente. Alors que nos trottoirs sont encombrés de sans-logis, les hôtels de luxe rivalisent dans le grandiose et l’extravagant en affichant complet. Alors que les pauvres sont de plus en plus démunis, certaines villes interdisent de fouiller dans les poubelles…
Que se passe-t-il donc dans notre monde high-tech? On dira: ceux qui nous dirigent, dirigent tout vers leurs propres intérêts pas si propres que ça! On dira: ce sont les banques qui digèrent leurs profits au lieu de gérer leurs clients. On dira: ce sont les politiques qui entretiennent la zizanie de la rue pour mieux régner. On dira: c’est la CIA qui suscite les révolutions pour mettre la main sur le pétrole sans se salir les mains! On dira: c’est le cœur de l’homme égoïste, qui n’envisage aucun avenir que celui de son nombril et qui brûle la chandelle, comme la planète, par les deux bouts. On dira blablabla babel et confusion. Le précepte «indignez-vous» est de rigueur, et la rigueur un précepte élevé en principe plus qu’en effet.
Et Mammon éclate d’un rire halloweenien, car au-delà de tout ce qui peut être imprimé et commenté à longueur de déprime, il y a une offensive du mal-saint dieu de l’argent qui, tel un Moloch moderne, dévore à coups d’indices boursiers les entreprises et les petits épargnants, n’épargnant provisoirement que ses fournisseurs.
Sur la BBC, un trader avoue prier depuis longtemps pour la récession, parce que c’est dans un tel climat de faillites qu’il peut faire de l’argent sans se soucier d’autre chose. Un crash devient opportunité. Vérité ou intox? Une vérité demeure: le chrétien peut prier le vrai Dieu de l’univers pour que son règne vienne, et non un autre. Le chrétien ne peut ignorer l’état du monde, avec sa crise, ses injustices et ses drames. Il est donc urgent d’invoquer l’intervention de Dieu quand d’autres servent Mammon. Croyons que tout est possible: avoir une telle foi n’est pas croire au Père Noël!

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – décembre 2011

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité