Skip to content

2023, l’année de tous les possibles…

© Istockphoto
En 2023, Marc Gallay, Philip Alcoc, pasteurs et Quentin Martinet, graphiste, se lancent des défis de taille. De quoi rester en constant mouvement. Portraits.
David Nadaud

Le début d’année civile, comme le début d’année scolaire, est souvent l’occasion de partir d’un nouveau pied, de se donner des défis. Marc Gallay, pasteur à Lonay (canton de Vaud), ne souhaite pas après l’expérience du covid et de la guerre en Ukraine se «prendre trop la tête avec des objectifs qui pourraient très vite devenir obsolètes ou incohérents, selon ce que nous serons appelés à traverser en tant que personne comme en tant que communauté». Son objectif est donc de nature spirituelle: «Rester proche de Jésus. C’est ma proximité avec Jésus qui me permet de rester dans le mouvement et dans la paix. De vivre l’incertitude du futur dans la réalité, mais avec la vitalité que Jésus me donne. Lui qui ne faisait que ce qu’il voyait son père faire aux cieux. Bouger quand il bouge, ne pas s’agiter quand il ne bouge pas et surtout être très agile. Tout un programme qui n’est pas un business plan, mais une hygiène de vie.»

Dossier: 2023: Oser le risque
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Les réseaux sociaux sont-ils en train de nous rendre fous?

De quelques minutes à plusieurs heures par jour, le temps que l’on passe sur les réseaux sociaux a de quoi nous questionner. Scroller d’innombrables reels de quelques secondes, découvrir avec curiosité le feed d’une connaissance…

Publicité