L'article

Quel sacrifice pour notre salut?

 
22.03.07 - Fallait-il que le fils de Dieu meure? Plus insidieuse qu’il n’y paraît, la question n’a de cesse de choquer comme un aspect rebutant, indésirable. En dehors, parfois en dedans de l’Église. Pratiquement, le sacrifice du Christ a-t-il une place dans le quotidien?
Dimanche matin, toute la famille se prépare. Le break est devant la demeure, coffre ouvert. Pendant que madame installe le fiston dans la voiture, papa va chercher un bel agneau dans l’enclos. C’est un très bel agneau, sans tache, ni trop peu, ni trop charnu. On l’installe précautionneusement à l’arrière du véhicule de peur qu’il ne se blesse en heurtant les parois, malgré les couvertures et le filet. L’Église est à cinq minutes de route du domicile. Le sacrifice rituel aura lieu en temps et en heure.
Cette scène improbable n’aura pas lieu. Pas dans le christianisme qui a résolu une fois pour toutes, du moins en théorie, la question du sacrifice, ni dans le judaïsme, qui a perdu sa dimension sacrificielle avec la destruction de son temple, en 70 après J.-C.
Votre pasteur s’est-il une fois présenté au culte dominical avec un bœuf ou un agneau, ou même un pigeon? Sûr que ça n’aurait pas bonne façon, mais ce serait un choc pédagogique comme Jésus en usait parfois, comme lorsqu’il a placé un petit enfant, pas encore Bar Mitzvah, au milieu de ses disciples, pour les inviter à l’humilité.

Des discussions vives
Depuis une génération, les discussions autour de la notion de sacrifice sont redevenues étonnamment vivantes. En un mot, le sacrifice dans le plein sens du terme (mort rituelle) a été parfois jugé trop barbare et anti-moderne: un Dieu bon ne saurait être avide d’hémoglobine et un temple ne saurait être un abattoir.
Du côté catholique, la tradition protège cet aspect du culte, puisque tout s’articule autour: avec l’eucharistie, on refait le sacrifice chaque dimanche.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

C’est le culte institué par Dieu

Matthias Helmlinger, commente, avec tout l’arrière-plan hébraïsant qu’il affectionne: «Dans la Bible, il n’y a pas de culte sans temple. On approche Dieu à travers un temple. Dans le temple, il y a toujours le sang. Le culte institué par le Seigneur, c’est avec le sang». Pour Matthias Helmlinger, ces choses sont incompréhensibles au premier degré, du moins, comme lorsque le Christ dit: «Si vous ne buvez mon sang, vous n’avez pas la vie en vous-mêmes». «C’est un interdit de la loi.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x