L'édito de la Rédaction

Avoir un enfant pollue!

 
28.01.19 - L'édito de la Rédaction - C'est une campagne menée tambour battant dont les idées infusent la société: les enfants polluent. Pour «sauver la planète», trier ses déchets, réduire sa consommation de viande ou limiter ses déplacements en avion n’auraient qu’un faible impact comparé au fait d’avoir un enfant de moins, disent les anti-natalistes du mouvement GINK, pour Green inclinations, No kids (Inclinations vertes, pas d'enfants).


Ne pas faire d’enfants pour les plus radicaux, faire «un enfant de moins» pour les modérés, serait une solution efficace face aux défis du changement climatique, de la surconsommation, et des troubles majeurs de ce monde. Un sacrifice raisonnable en somme. Un sacrifice mais à qui? A Gaïa, la déesse de la Terre? A sa bonne conscience?

Considérer un enfant comme externalité malheureuse est dangereux. Cela peut prendre aussi des accents colonialistes et racistes, quand par exemple, l’organisation britannique Population Matters proposait en 2009 à ses concitoyens de «compenser» leurs émissions de CO2 en finançant une campagne de stérilisation des femmes en Ethiopie. Ou encore en signant un manifeste demandant aux membres de l’Union européenne de ne plus accueillir de réfugiés syriens, au plus fort de la guerre civile. En prônant cette idéologie résolument pessimiste et contraire aux Droits de l’homme, ces femmes et ces hommes oublient-ils qu’ils ont, eux-mêmes, un jour été des enfants? Ou alors reprochent-ils à leurs parents d’être nés et condamnés à vivre dans un monde dominé par la souffrance? Quelle tristesse de voir un vide dans le cœur de ces personnes qui - à l’instar du philosophe David Benatar - pensent qu’en donnant naissance à un enfant, on inflige à un être une quête existentielle perpétuelle, ponctuée de petits plaisirs et de grands malheurs avec pour seule fin la mort. Ce serait bien évidemment dramatique si c’était complètement vrai. Ça l’est partiellement.

Si la vie a ses plaisirs, au bout du compte, sans Dieu, tout est vanité comme l’écrivait l'Ecclésiaste. Sauf que la vie ne s’arrête pas à la mort physique. L’homme n’est pas seul dans ce monde. Dieu est au contrôle, ne craignons pas. Accueillir un enfant, dans sa propre famille, celle de ses voisins, d’amis ou de membres de l’Eglise est un cadeau magnifique. Cet enfant n’est pas un futur pollueur, mais une créature merveilleuse, voulue et aimée par Dieu.

David Métreau, Rédacteur en chef

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x