Skip to content

Une Église face à la justice et aux médias

Samuel Peterschmitt, pasteur de La Porte Ouverte de Mulhouse, qui rassemble plus de 2200 fidèles et dont les cultes sont retransmis dans 37 pays, revient sur une période tourmentée de son ministère, celle où son Église a été considérée comme une secte.
Céline Schmink

«Se faire traiter de secte pour une Église aussi investie que la nôtre a été une expérience douloureuse. Une telle épreuve ne peut s’effacer du jour au lendemain». Sorti indemne de la tempête médiatique qui s’est abattue sur lui il y a quelques années, le pasteur évangélique évoque avant tout le désarroi et le sentiment de rejet nés de cette accusation. Même s’il n’y a pas eu de baisse de la fréquentation de son Église, il est à noter qu’une certaine méfiance s’est manifestée chez les habitants du quartier à l’égard de la communauté. Samuel
Peterschmitt dénonce, dans cette affaire, le rôle très négatif joué par certains médias: «Quelques journalistes ont manqué d’objectivité et de déontologie. On peut se faire haïr par décret !»
–CREDIT–
Du bon usage de la sociologie
Afin de prendre du recul et de témoigner de l’intégrité pastorale de son équipe, Samuel Peterschmitt a accepté l’enquête d’un sociologue au sein de son Église: «L’arrivée de ce professionnel du CNRS parmi nous nous a poussés face au miroir. Nous avons développé un regard nouveau sur nous-mêmes et nous avons regardé notre fonctionnement en face. Nous annoncions l’Évangile avec une joie intense et très visible qui pouvait être mal perçue par la population environnante ou par les autres confessions. La joie habitant un chrétien peut se manifester de manière très vive!»
Pour Samuel Peterschmitt, une Église moderne doit œuvrer dans le monde et dans son temps et par conséquent savoir parfois se remettre en cause: «Sur les stands des fêtes locales, j’avais l’habitude de chanter des louanges. Maintenant, j’expose plutôt des peintures réalisées par nos fidèles. Il faut savoir se mettre à la portée de chacun». Serein, le pasteur explique: «Finalement la polémique nous aura fait plus de bien que de mal!» et formule sa propre définition du mot «secte»: «Un système où l’homme s’érige en Dieu». Et de conclure: «Cela ne sera jamais le cas à la Porte Ouverte!»

Céline Schmink

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – Novembre 2007

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité