Skip to content

Suis-je encore à ma place?

© Alliance Presse
Engagements professionnels, ecclésiaux, associatifs, sportifs, etc.: nous sommes actifs sur plusieurs fronts. Mais il est parfois bon, en particulier pour le chrétien, de faire un petit bilan: suis-je toujours à ma place? Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier.
Jérémie Cavin

Nathanaël vient d’être fêté par ses collègues pour sa quinzième année de fidèles et loyaux services dans son entreprise. Mais cette petite attention a accéléré encore plus la question qui le turlupine depuis un bout de temps: «Suis-je vraiment à ma place dans ce travail? Ne serait-il pas temps de changer?». C’est d’ailleurs un questionnement qui va au-delà du simple cadre professionnel: a-t-il raison de continuer à prêcher chaque mois dans son Eglise? De tenir les comptes du club de pétanque de son village? De partir chaque été en Afrique pendant deux semaines pour donner un coup de main à une ONG? Sa femme, en tout cas, n’est pas de cet avis… Devrait-il renoncer à ses parties hebdomadaires de tennis avec son vieux copain?
Ces questions, tout le monde se les pose tôt ou tard, à fréquence plus ou moins rapprochée. N’est-ce pas alors l’occasion de faire un bilan de santé de notre emploi du temps? Et d’ailleurs, faut-il attendre de ressentir des doutes, de la lassitude ou un ras-le-bol généralisé pour entreprendre une telle réflexion de fond?

Dossier: A ma place

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

En montant vers Pâques

On associe souvent la déchristianisation de l’Occident avec de nouveaux courants de pensée. Le «wokisme» ou la «cancel culture», dont la force est décuplée par les réseaux sociaux, font pression sur les moins progressistes d’entre…

Publicité