Skip to content

Les chrétiens doivent-ils lire le Coran?

Les chrétiens ne connaissent pas forcément le Coran. Cela vaut-il la peine de se plonger dans le livre saint des musulmans? Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré à la Bible et au Coran.
René Progin

Les chrétiens devraient ouvrir le Coran pour saisir la réalité musulmane dans sa source et «pouvoir proscrire préjugés et caricatures», invite l’islamologue Karim Arezki. Christian Bibollet, responsable de l’Institut pour les Questions relatives à l’Islam (IQRI), approuve. «J’encourage tout chrétien qui s’intéresse à comprendre les musulmans à lire un peu le Coran». Il considère la question d’un point de vue missionnaire: lire le Coran non seulement démystifie le livre, mais encore «permet d’avoir une expérience de première main de l’esprit de l’islam, que le Coran révèle. On y découvre les ressemblances et différences avec la Bible, qui peuvent être le point de départ d’un dialogue. Certains disent qu’il ne faut absolument pas utiliser le Coran dans l’évangélisation des musulmans, d’autres pensent que c’est légitime. A chacun de choisir sa propre approche». Il met tout de même en garde: «Même s’il y a des étincelles de lumière dans le Coran, ce n’est pas un livre inspiré par Dieu! C’est une œuvre qu’il faut lire avec discernement.»
Quelle traduction française choisir pour être au plus proche du sens original? Christian Bibollet propose la traduction dite «du roi Fahd». «Certaines versions sont adoucies, pour être plus acceptables en Occident. Facile à lire, la traduction des éditions du roi Fahd reste fidèle au texte arabe.»

René Progin

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui2015-03-23 – avril 2015

Dossier: Bible / Coran
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Pour une approche nuancée de l’aide à mourir

Joël Ceccaldi, médecin retraité, référent des aumôniers de la Fédération protestante de France Pour la région Nouvelle Aquitaine, livre sa réflexion sur l’aide active à mourir. Parti Pris.

Publicité