Skip to content

L’écologie: une question de justice sociale

© DR - Getty Images
Co-directeur de «Penser les relations écologiques en théologie à l’ère de l’Antropocène» (éd. Le cerf), Guillermo Kerber (photo en médaillon) allie justice et questions écologiques. Entretien.

Pour quelle raison avoir publié cet ouvrage?

Ce livre a été écrit afin de créer une prise de conscience de la situation critique que vit notre planète. L’ère géologique que nous vivons est la première de l’Histoire où l’action de l’être humain a des conséquences directes sur la destruction des espèces animales et de l’environnement. En tant que chrétiens, nous ne pouvons pas rester insensibles à cette prise de conscience et aux impacts éthiques qu’elle génère. Mais nous pouvons aussi choisir d’utiliser ce pouvoir humain pour réparer ce qui a été détruit. Avec ce livre, nous voulons fournir des ressources afin de montrer comment prendre nos responsabilités écologiques comme croyants, parce qu’il s’agit également d’une question de justice.

Publicité

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

L’Église, une et indivisible?

L’Entente des Communautés et assemblées évangéliques de France a tenu un congrès à la Pentecôte sur «l’ADN» de l’Église. Retour avec Jacques Nussbaumer, pasteur et professeur en faculté de théologie.

Publicité