Skip to content

En pleine implantation, les défis de la pandémie

Thomas et Nadège Parfitt sont à la tête d’un projet d’implantation d’Eglise à Strasbourg. Entre découragement, frustration et apprentissage, leur équipe grandit en maturité.
Celia Evenson

Thomas Parfitt conduit un projet d’implantation à l’Eglise Perspectives à Strasbourg, épaulé par son épouse Nadège. En 2020, ils ont vécu des hauts et des bas, qui ne sont pas tous dus au Covid.

Tout prend davantage de temps que prévu

Publicité

Le projet? Il s’agit d’implanter une nouvelle Eglise évangélique dans le quartier de l’Orangerie, qui en est dépourvu depuis plusieurs années. Le couple avait déjà à cœur de faire de l’implantation. Ils ont été sollicités par un pasteur strasbourgeois pour ce projet, car leur profil correspondait au quartier multilingue des institutions européennes. «On avait déjà vécu dans plusieurs pays, donc on a dit oui», se souvient Thomas Parfitt, un Britannique trilingue anglais-français-allemand, avec de nombreuses années de ministère auprès des Groupes bibliques universitaires et en Eglise à Paris. Pour Nadège Parfitt, originaire de Strasbourg, c’est un retour aux sources.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Entre réformés et évangéliques

En début d’année, l’Office fédéral de la statistique (OFS) a publié un rapport décennal qui confirme le net déclin du nombre de membres des Eglises réformées qui sont passés en cinquante ans de 49% de…

Publicité