Skip to content

Quelle place pour les illégaux dans nos Eglises?

© Alliance Presse
Face aux sans-papiers, les Eglises se retrouvent en situation fort délicate, entre devoir de soumission aux autorités et mission d’aide au prochain. Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré aux illégaux.

Rien qu’à Genève, environ 10 000 personnes sont sans-papiers. Parmi elles, certaines font partie d’une Eglise. Légalement, ces personnes n’ont pas le droit de rester sur le territoire suisse. Les pasteurs sont-ils autorisés à les accueillir dans l’Eglise? Cela ne revient-il pas à les conforter dans leur situation illégale? La question a été posée à deux pasteurs de Genève: Andy Fuhrer de l’Armée du Salut et Walter Zanzen de l’Eglise évangélique du Réveil. Dans la première, plus de la moitié des personnes se révèlent en situation irrégulière. Quant à la deuxième, située près de la gare, elle brasse inévitablement un grand nombre d’étrangers illégaux.

Dossier: Illégaux

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité