Skip to content

Noël, le meilleur moment pour évangéliser

© GettyImages
Entre Lausanne et Paris, Marseille et Nyon, les contextes sont différents mais les chrétiens qui s’y sont essayés sont unanimes: Noël est LE moment privilégié pour partager l’évangile. coup de projecteur sur quelques initiatives.
Celia Evenson

Premier constat: dans notre société européenne, les gens ne savent presque rien de la naissance de Jésus. «Selon mon expérience, les gens ignorent tout d’une vérité et d’une foi bibliques qui nous paraissent évidentes», affirme Muriel Beghin, qui parle aux commerçants des marchés de Noël de Marseille. Elle confie: «Un exposant à qui je demandais s’il savait pourquoi on célèbre Noël m’a répondu: “Ah oui, c’est une fête qui vient de Suède ou quelque chose comme ça…”». Malgré tout, ils sont prêts à écouter: «L’intérêt de Noël, c’est qu’il y a un point d’accroche direct avec ce qui préoccupe les gens à ce moment-là. On ne part pas “de rien” pour évoquer le Sauveur du monde, mais de la Nativité pour développer l’histoire de Jésus. Bien souvent ils sont réceptifs», observe-t-elle.

Dossier: La foi chrétienne à l’épreuve des fêtes de fin d’année

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité