Skip to content

Les sirènes de la théologie de la prospérité chantent encore

© GettyImages
Née aux états-unis dans les années 1970, la théologie de la prospérité voit ses adeptes se multiplier, portée par des personnalités charismatiques.
Tiavina Kleber

Prédation financière, dérives sectaires, abus spirituels, telles sont les inquiétudes que soulève la théologie de la prospérité chez les autorités publiques et ecclésiales à travers le monde. Dans un contexte de crise économique, cette théologie continue toutefois de trouver un nouveau souffle, car elle repose sur l’idée que la foi et la générosité du croyant sont récompensées par la santé, le succès et la richesse.

Dossier: Mon argent, mes biens

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité