Skip to content

La relation d’aide, ça les connaît!

© Alliance Presse
Un accompagnant et deux accompagnés racontent comment ils vivent la relation d’aide. Portraits. Découvrez sur ce site les autres articles de ce dossier consacré à l'accompagnement pastoral.
Sandrine Roulet

Maxime
Cela fait dix ans que Maxime pratique l’accompagnement. Ce service lui permet de voir des personnes approfondir leur relation avec Dieu. Il conçoit l’accompagnement comme une collaboration avec Dieu, où l’on peut «se soumettre librement à lui, s’intégrer dans ce qu’il fait et dit, expérimenter son aide et ses solutions».
Vivre un «entretien à trois» est un défi: «A chaque étape, l’enjeu est d’accueillir la personne avec espérance. Il faut apprendre à discerner là où Dieu est à l’œuvre, voir ce qui préoccupe l’accompagné et identifier jusqu’où il peut aller à ce moment». Il s’agit de l’encourager, avec sagesse et foi, à prendre une décision et à faire des petits pas concrets dans le quotidien. L’approche de Maxime est relationnelle et théologique. Ses outils: l’écoute de l’autre, de Dieu et de soi, la Bible et la prière.

Dossier: Pastorat
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Pour une approche nuancée de l’aide à mourir

Joël Ceccaldi, médecin retraité, référent des aumôniers de la Fédération protestante de France Pour la région Nouvelle Aquitaine, livre sa réflexion sur l’aide active à mourir. Parti Pris.

Publicité