Skip to content

La foi hors Église a-t-elle un avenir?

Conséquence de l’individualisme ambiant, la défection des membres gagne aussi les Églises évangéliques, avec quelques spécificités. Quelques témoignages et exemples d’initiatives en réponse à ce phénomène
Joël Reymond

Un aspirateur géant dont le sac serait troué. C’est ainsi que le chercheur Alan Jamieson décrit le milieu évangélique, déployant son énergie dans le recrutement de nouveaux membres alors qu’il en perd nombre d’autres.
Les Églises historiques-traditionnelles ne sont pas les seules aux prises avec la défection de leurs membres. La grande famille évangélique aussi. Mais ce qui est nouveau et particulier, c’est que dans un certain nombre de cas, ceux qui quittent une Église professante le font fermement décidés à rester attachés à leur foi et à continuer à la vivre, hors cadre ecclésial. Les sociologues se sont penchés sur ce phénomène, en particulier dans le monde anglo-saxon. D’après eux. la tendance va se poursuivre et constituer un défi pour l’Église évangélique du XXIe siècle.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Ce que nous pouvons attendre de Lausanne IV à Séoul

50 ans tout rond après le premier congrès, séoul 2024 se tiendra dans un contexte bien différent. Le congrès façonnera-t-il une nouvelle identité unifiée d’évangéliques?

Publicité