Skip to content

«Happy birthday», les évangéliques!

© GettyImages
Dans l’édition de janvier, nous avons publié un article intitulé «“Evangélique”, cette étiquette lourde à porter» qui a fait réagir sur Instagram. Sommes-nous en crise d’identité? Entre les divers courants fondamentalistes ou progressistes, les méga-Eglises ou les Assemblées de frères, il est difficile de cerner le profil de l’évangélique-type. Dans ce dossier, nous vous proposons une plongée dans notre identité, afin de fêter les cinquante ans du Mouvement de Lausanne, à l’origine de cette «étiquette».  
Maude Burkhalter

«Cette rencontre pourrait bel et bien être l’un des rassemblements les plus importants, non seulement de ce siècle, mais dans l’histoire de l’Eglise chrétienne. Au cours des dernières années, nous avons entendu de nombreuses voix. (…) Nous sommes réunis à Lausanne pour que la Terre entende sa voix.» Cinquante ans après, le célèbre discours de Billy Graham en entrée du Congrès de Lausanne de 1974 résonne encore dans certaines de nos Eglises et dans quelques milieux évangéliques. En 2024, la quatrième conférence de ce type est prévue à Séoul en septembre et le Mouvement de Lausanne célébrera cinquante ans d’un protestantisme évangélique résolument tourné vers l’extérieur.

Pour l’occasion, plus que de s’intéresser à un événement, ce dossier se penche sur un demi-siècle d’histoire. Dans un premier temps en évaluant l’évolution de l’évangélisme, dans un deuxième temps en effectuant un tour d’horizon des grandes figures qui ont marqué cette ère. Avec toujours à la clé, des questions pour nous, évangéliques de notre temps. Quel est l’héritage de ces cinquante dernières années? Dans quelle direction avançons-nous? Ces grandes figures, sont-elles irremplaçables? Et surtout, dans un troisième temps – parce qu’après un regard en arrière c’est inévitablement vers le futur que nous nous tournons –, quelle suite pour le protestantisme évangélique?

Avec des considérations à la fois internationales et locales – notamment pour la France et la Suisse –, l’enjeu de ce dossier est de nous permettre une réflexion pertinente, à nous, évangéliques du moment. Nous n’étions pas tous nés en 1974 et la plupart d’entre nous ne serons plus de ce monde en 2074. Mais entre ces deux dates, plus qu’un passage de témoin entre deux générations, il s’agit de laisser une marque durable et divinement inspirée. L’une des intervenantes de ce dossier mentionne que c’est la première fois dans l’histoire de l’Eglise qu’autant de générations sont appelées à travailler ensemble. En cause? Une espérance de vie globalement de plus en plus élevée. Avec cette richesse intergénérationnelle s’imposent aussi de nombreux défis: celui de l’intégration, celui du changement, de la transition et du refus de s’obstiner dans des chemins tout tracés. Tout un programme, pour les cinquante années à venir du protestantisme évangélique.  

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Avril 2024

Dossier: 50 ans du Mouvement de Lausanne: retour sur le protestantisme évangélique de 1974 à aujourd’hui

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Des Eglises en mode post-évangélique

Un Occident en «post»-Christianisme et des chrétiens en «post»-évangélisme... comment ces «post» redéfinissent-ils les identités?

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Publicité