Skip to content

Face au réveil, la nécessité d’une distance critique

© Istockphoto
Le phénomène de l’université méthodiste Asbury n’est pas sans rappeler l’histoire des réveils de ces derniers siècles. Entre visitation de l’Esprit et influence psychologique, la prudence est de mise.

Du 8 au 24 février dernier, 50 000 à 70 000 étudiants ont rejoint ce qui avait débuté comme un culte dans l’une des chapelles de l’université méthodiste Asbury. Celle-ci indique sur son site accueillir plus de 1600 étudiants pour l’année en cours. Située dans une petite ville de 6000 habitants dans le Kentucky, à peine classé 26e Etat américain concernant sa démographie, l’université a vu naître un mouvement dit de «réveil» qui s’est propagé hors de la chapelle, puis de l’auditorium, du campus et même dans d’autres Etats.

Dossier: Réveil d’Asbury
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Cerner les points de tension chez les évangéliques

Eric Zander, implanteur d’Églises et initiateur de communautés alternatives avec Vianova dont il est directeur général, observe quatre tendances pour le milieu évangélique francophone. Verbatim.

Ce que nous pouvons attendre de Lausanne IV à Séoul

50 ans tout rond après le premier congrès, séoul 2024 se tiendra dans un contexte bien différent. Le congrès façonnera-t-il une nouvelle identité unifiée d’évangéliques?

Publicité