Skip to content

Entr’Elles, par l’écran et en présentiel

© Raymonde Bernard à gauche en compagnie de Stéphanie Reader
Le 23 octobre dernier, la rencontre Entr’Elles a fait preuve de flexibilité en accueillant 2000 participantes en semi-présentiel.
Charlotte Moulin

La rencontre Entr’Elles a eu lieu le 23 octobre en semi-présentiel dans 80 Eglises partenaires en francophonie, et en direct sur Internet. Suivant le thème de la journée, «Dieu te tient par la main», les oratrices ont voulu réconforter et encourager les chrétiennes dans leurs engagements. Pas moins de 2000 femmes de France, de Belgique, de Suisse, du Canada, du Tchad et jusqu’en Polynésie étaient inscrites à la rencontre. La journée était ponctuée de temps de louange, menés par Séverine Lacorre et Dan Luiten.

Oratrices internationales

Publicité

Raymonde Bernard, directrice d’Evénementi’Elles, a d’abord partagé sa vision des rencontres Entr’Elles: «Que des femmes se réjouissent ensemble, avec des prédications rien que pour elles.» Stéphanie Reader, responsable du ministère de la femme dans l’Eglise Nouvelle Vie au Canada, a ouvert le bal en abordant les souffrances dues à une vision faussée de Dieu. «Souvent on prend ce qui nous fait mal et on le cache au plus profond de notre cœur. Mais Dieu comprend tout et surtout, il peut tout», a-t-elle déclaré.
Par la suite, Sarah Marvane, oratrice lyonnaise, a abordé le thème de l’engagement. «Nous avons peur que Dieu nous retire des choses, nous avons peur de nous soumettre à lui.» Elle a alors souligné l’audace de Pierre lorsqu’il a marché vers Jésus sur les eaux. «Il n’a pas regardé aux risques. Nous calculons et nous réfléchissons bien trop parfois. On n’emmène que la foi pour sortir de la barque.» Elle a ensuite poursuivi: «Jésus veut donner à ses filles une vie où on prend une position d’autorité et de victoire sur ce qu’il nous a confié.» Et de conclure en priant: «Je prends toute l’autorité que tu m’as donnée et je choisis aujourd’hui de vivre une vie qui me dépasse.»
Maria Durso, prédicatrice américaine, avait elle aussi préparé un petit mot depuis New York. Parmi une riche liste de dons possibles donnés par le Saint-Esprit, elle a évoqué ceux du témoignage, de l’hospitalité, de l’administration, de l’intercession, etc. Elle a alors exhorté les chrétiennes à prier «que Dieu allume un feu sous ces dons». Selon elle, «la prière, la lecture de la Bible, le temps passé avec lui sont des bûches pour ce feu».

Un message destiné à toutes les femmes

Durant la table ronde de l’après-midi, plusieurs intervenantes ont donné leur témoignage et quelques pensées. Stéphanie Reader a souligné: «Ce n’est pas parce que je suis performante que Dieu me tient par la main, c’est parce que je suis son enfant.» Justine Robichaud, missionnaire en région parisienne, a ensuite précisé: «Quels que soient ton âge, ta condition et ta situation, sa main est suffisamment puissante pour cicatriser tout ce qui a été infligé à ton âme et à ta vie».

Les rencontres Entr’Elles ont lieu habituellement en présentiel en France, tous les deux ans. En 2009, soixante femmes s’étaient réunies. En 2018, elles étaient 1460. Cette première édition en format hybride a été, selon les organisateurs, une «prouesse technique».

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Décembre 2021

Thèmes liés:

Entre réformés et évangéliques

En début d’année, l’Office fédéral de la statistique (OFS) a publié un rapport décennal qui confirme le net déclin du nombre de membres des Eglises réformées qui sont passés en cinquante ans de 49% de…

Publicité