Skip to content

2024, une occasion de ralentir

© GettyImages
Le jour de l’an est un nouveau départ pour beaucoup, mais pourrait aussi devenir l’occasion de solidifier sa relation avec Dieu en méditant.
Maude Burkhalter

Et la Terre continue de tourner: l’année 2023 touche bientôt à sa fin et 2024 approche à grands pas. L’air est devenu froid et le monde – occidental du moins – s’apprête à plonger dans l’effervescence des fêtes de fin d’année. Chacun, soudainement sensible à l’intériorisation, se met à nourrir des réflexions de fond. «Chaque instant est un nouveau départ: nous n’avons jamais vécu ce moment auparavant et il n’y en aura jamais d’autre comme celui-ci. La nouvelle année n’est en réalité qu’un rappel de ce qui est toujours vrai», avance Irene Kraegel, psychologue clinicienne et directrice du Centre de conseil et de bien-être de l’Université Calvin aux Etats-Unis. «La meilleure façon d’aborder une nouvelle année est avec une clarté calme, en creusant plus profondément qui nous sommes déjà, tout en nous ouvrant à la beauté du moment présent.» Là où la méditation mainstream («en vogue») vante ses mérites et invite à faire le vide, quelles clés pour les chrétiens?

Dossier: La foi chrétienne à l’épreuve des fêtes de fin d’année

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Aux articles de la mort

Actuellement débattues entre parlementaires français, les questions de fin de vie font leur retour sur le devant de la scène. Où se situe la ligne entre acharnement thérapeutique et abandon de la vie? Quelle espérance…

Publicité