Skip to content

A Rocha déplore le bilan de la COP26

© Intervention de Simon Kofe, ministre des Affaires étrangères de Tuvalu (Youtube)
La Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques n’a pas atteint ses deux objectifs principaux. Pour quelles conséquences?

La COP26, organisée par le Royaume-Uni, s’est terminée à Glasgow le samedi 13 novembre. Elle n’a pas atteint ses deux objectifs les plus importants, à savoir atteindre un niveau de réduction des gaz à effet de serre qui permettrait de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré au-dessus de la moyenne préindustrielle; et tenir la promesse faite par le passé de fournir 100 milliards de dollars par an (d’ici 2020) pour aider les pays en développement à se tourner davantage vers l’écologie et à s’adapter au changement climatique.

Changement radical nécessaire

Publicité

«L’espoir de se maintenir à 1,5 degré est peut-être encore vivant, mais il ne survivra pas une année de plus sans un changement radical dans le rythme des actions réelles», a déclaré Andy Atkins, président d’A Rocha Royaume-Uni et co-responsable de la délégation d’A Rocha à la COP26.
L’accord, appelé «Pacte de Glasgow pour le Climat», demande cependant aux pays d’actualiser leurs engagements en fonction d’une hausse maximale de 1,5 degré en 2022, et s’engage à examiner l’adéquation des engagements cumulés lors de la prochaine COP, au lieu d’attendre 2025 comme prévu initialement. Elle promet également une réunion des ministres au cours de l’année à venir pour tenter d’atteindre les objectifs de financement du changement climatique promis de longue date, tout en reconnaissant que les pays en développement ont déjà besoin de bien plus que le montant initialement promis.

Lueur d’espoir pour la déforestation

Les représentants des pays en développement rentrent chez eux avec peu de nouvelles aides pour leurs pays, mais quelques accords moins médiatisés de la COP26 peuvent donner à certains militants l’espoir d’influencer leurs propres gouvernements. Si le manque persistant de financement climatique est préjudiciable au Ghana, Seth Appiah-Kubi, président d’A Rocha Ghana, et co-responsable de la délégation d’A Rocha à la COP26, affirme que l’accord de Glasgow pour mettre fin à la déforestation pourrait aider. «La forêt d’Atewa est menacée par une importante mine de bauxite et par la déforestation. Elle n’abrite pas seulement une incroyable diversité de faune et de flore, mais fournit également de l’eau douce à plus de cinq millions de personnes grâce aux rivières qui prennent leur source dans la forêt tropicale et sont alimentées par celle-ci. Les populations locales ont besoin de la forêt pour leur subsistance et leur bien-être.» Maintenant que le chef d’Etat a signé l’accord de Glasgow visant à mettre fin à la déforestation d’ici 2030, Seth Appiah-Kubi espère que le gouvernement écoutera les populations locales et annulera les plans d’exploitation minière «qui détruiraient Atewa pour les populations et la faune sauvage».

«Nous constatons une augmentation du nombre de chrétiens et d’Eglises qui prennent leur responsabilité en matière de protection de l’environnement plus au sérieux et qui se joignent à d’autres pour demander aux gouvernements de faire de même», se réjouit malgré tout Soohwan Park, présidente d’A Rocha International.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Décembre 2021

Thèmes liés:
Une femme ingénieure sur un chantier

Le changement est porteur de vie

Kathleen, Tatiana et Benjamin sont passés par un ou plusieurs changements professionnels. Adaptation et remise à niveau ont été de mise. Pour le meilleur. Témoignages.

Publicité