Skip to content

Pensée forte

Lionel Esparza
© Lionel Esparza - Twitter
«L’homme occidental a tué Dieu et ne s’en remet pas. La mort de la musique semble désormais réellement envisageable» pour Lionel Esparza, producteur à France Musique.

«La sacralité post-religieuse se voit bousculée par une sacralité dynamique faite de carnavals rénovés et de “peopolisation” globale. Si le concert classique est discrédité, c’est donc en tant que rituel de conversion et face à un autre mode de production du sacré qui passe, lui, par un rituel d’inversion. (…) En résumé: l’homme occidental a tué Dieu et ne s’en remet pas. La mort de la musique semble tout à coup réellement envisageable. Nous devons oser nous revendiquer les dépositaires de ce passé prodigieux.»  

Lionel Esparza, producteur à France Musique, chroniqueur et auteur,
dans Le génie des Modernes, la musique au défi du 21e siècle,
(éd. Premières Loges), 2021

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui Juillet- Août 2021

Thèmes liés:
Un article du quotidien Le Monde racontant l'attentat manqué du 19 juin 2017, sur l’avenue des Champs-Elysées

Pourquoi elles, mais pas les autres?

Le procès historique des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis s’est ouvert le 8 septembre pour une durée de neuf mois. David Métreau se souvient de cette période troublée qui endeuillé la…

Publicité