Skip to content

Il était une foi… Lygon Stevens

Lygon Stevens
© Lygon Stevens - DR
Peu avant son accident mortel, Lygon Stevens avait écrit ces mots poétiques et prometteurs: «Je suis une œuvre d’art signée de la main de Dieu. Mais elle est inachevée; en fait il vient à peine de la commencer...»
Michel Béghin

Le 10 janvier 2008, dans une montagne du Colorado, une avalanche surprend deux alpinistes chrétiens expérimentés, Lygon Stevens et son frère Nick. Celui-ci est grièvement blessé, mais sa sœur Lygon disparaît. Son corps ne sera retrouvé que le 24 juin. Agée de vingt ans, la jeune femme est allongée comme dans son lit, sans signe de traumatisme: pas d’os cassé, pas d’organe interne atteint. Sans doute morte avant sa chute, Lygon semble avoir été simplement rappelée par le Seigneur qu’elle aimait. 

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Une fois son doctorat en géographie en poche, Claude Martinaud s’est mise à étudier l’histoire de l’Eglise, puis la théologie.

Elle partage l’Evangile par tous les moyens

Une fois son doctorat en géographie en poche, Claude Martinaud s’est mise à étudier l’histoire de l’Eglise, puis la théologie. Elle est l’auteure de «L’Aventure chrétienne» (éd. Saint-Léger), qui retrace l’histoire de l’Eglise de la…

Publicité